:109542, . , 99,

, 6, -635



E-mail: lmtcguu@gmail.com

-

:

1. ( 2500-3000 ), 35-40 .

2. ( 1500 ), 10-15 .

3. .

:

1. ( 20 000 )

2. ( 3500-4000 ), 40-50 .

.

.

( ) .

1. :

- ;

- c .

2. ( ).

3. ( 3 ).

4. , , .

5. ().

6. .

7. , .

( 4, 14 , 1,5).

THE GLOBAL VIEW

MANAGEMENT EDUCATION IN EUROPE

Education in business and management is far from new, and the payment of high salaries to business school graduates is not new either. What is new is the rise of business and management education in Europe. European managers, as well as managers from other areas of the world, can now acquire the many different managerial skills from highly respected educational institutions in Europe.

IMI, LBS, IMEDE, IESE, and INSEAD are the recognized leaders among European business schools. IMI, International Management Institute, located in Geneva, Switzerland, is the oldest of these (founded in 1946) and has the most compressed time frame a nine-month degree program. LBS, the London Business School, is the newest (founded in 1965) and has an American-style degree program. IMEDE, International Management Development Institute, located in Lausanne, Switzerland, was founded in 1957 by Nestle although it is independent of that company. IESE, the Instituto de Estudios Superiores de la Empresa, in Barcelona, Spain, has religious roots but offers a relaxed atmosphere for its students and has a two- year M.B.A. program much like M.B.A. programs in the United States. INSEAD, the Institut Europeen DAdministration des Affaires, in Fontainebleau, France, is the preeminent management education school in Europe. Its graduates frequently take jobs in countries other than their own.

All of these schools require students to undertake some kind of consulting work to increase their analytical and diagnostic skills. The French packaging company Groupe Carnaud reduced inventories and boosted profits by following the advice of a student consulting team. The exhausting pace (usually about 100 hours per week) also helps students develop skills in working smart and organizing their time two of the technical skills needed by managers. Interpersonal skills are sharpened in the melting-pot environment of students from diverse countries and cultures. These skills are strengthened by the use of group assignments rather than individual assignments for most student projects. Conceptual skills are developed through discussions with faculty, with visiting executives, and among students.

Work experience 'key to job hunt' for graduates.

Job-hunting graduates in the UK need work experience to stand a chance of getting a job with many employers, a recruitment survey suggests. The High Fliers' graduate jobs survey, based on 100 leading employers, shows a more optimistic jobs market, with 9% more vacancies than last year. But the survey says the graduate jobs market has still not recovered to its pre-recession levels. This will mean a "highly competitive" recruitment round, says the survey.

The survey - The Graduate Market in 2011 - suggests a jobs market that is showing signs of improvement, but has yet to return to the buoyant levels of 2007, before the financial crisis. Graduate vacancies slumped through 2008 and 2009 - but despite growing confidence among employers there are on average 6% fewer graduate starter jobs than four years ago. University leavers are also competing against a record number of graduates - 50,000 more than in 2007 - and the survey suggests that employers are looking for more than academic qualifications. In particular, work experience is seen as a way of improving job chances.

One in three entry-level jobs are being taken by graduates who have already worked for a company - such as in work placements. The importance of this link is even greater in investment banking and law firms, where half the recruits have been former work experience students. "In this highly-competitive graduate jobs market, new graduates who've not had any work experience during their time at university have little or no chance of landing a well-paid job with a leading employer, irrespective of the university they've attended or the academic results they achieve," said Martin ire hall, managing director of High Fliers Research.

For those graduates who find a job, average starting salaries have remained the same as last year, £29,000. But there are wide differences between employment sectors.The average for those entering public sector jobs is £22,000, but those entering investment banks have an average starting salary of £42,000 and law firms have an average starting pay rate of £38,000.

Universities Minister David Willetts said: "Whilst we welcome signs of an improvement, the job market remains competitive for new graduates, as it does for everyone, and graduates need to work hard to maximise their chances of success. However, a degree remains a good investment in the long term."

Responding to the advantages of work experience, Mr Willetts highlighted that graduates could look for internships, without any charge, on the Graduate Talent Pool website.

Gruppenbild mit Euro

Der schone Schein triigt: Deutschlands Designer mogen Robert Kalinas Banknoten nicht

Allen Designern recht getan,ist eine Kunst, die der Euronicht kann. Die Darstellungen sollen den Europaern vertraut erscheinen, ohne traditionelle Motive einzelner Staaten zu zitieren. Diese Unverbindlichkeit kommt imdeutschen Fachpublikum nicht gutan. "Es ist schad", sagt Norbert Moller,"dass der Euro-Gestalter keinen richtigen Standpunkt einnimmt."

Der Geschaftsfiihrer der auf Packaging sowie Corporate und Brand Design spezialisierten Peter- Schmidt-Studios, Hamburg, vermisst das Uberraschende an den Noten: "Es wird keine Geschichte erzahlt, mir fehlt die Mystik, das Ratselhafte." Moller kennt die Tucke des Objekts aus eigener Erfahrung:"Wenn die offentliche.

Hand eine Ausschreibung macht,ist Markenfuhrung ein Fremdwort.Welches Image ein Produkt vermitteln soil, konne nicht demokratisch ausdiskutiert werden. Einer miisse am Ende die Entscheidung treffen.

In der EU- I lury, die vor ftinf lahren bestimmte, wie das Geldder Europaer kiinftig aussieht, begutachteten. Design und Kunstgeschichte die 44 eingereichten Vorschlage. Bernhard Graf, Direktor des Instituts fur Museumskunde, Staatliche Museen, Berlin, vertrat die Deutschen. Zusatzlich wurden unter der Federfiihrung von EOS Gallup Europe, Brussel, rund 2000 Personen, darunter Bankkassierer, Einzelhandler und Taxifahrer, in 14 EU-Mitgliedsstaaten befragt.

Reinhold Gerstetter, der inzwischen pensionierte Chefdesigner der Bundesdruckerei, Berlin, konnte die Ausschreibung nicht fur sich entscheiden. Die Noten des 56-Jahrigen finden sich derzeit noch in deutschen, spanischen, bolivianischen und peruanischen Geldborsen. Eigentlich, sagen Insider, gait Roger Pfund als Favorit. Der Schweizer Graphiker und Kunstmaler mit dem franzosischen Pass hatte mit der letzten Franc-Serie der Grande Nation Akzente gesetzt und vertrat die Banque de France. SchlieBlich wurden die vom osterreichischen Banknoten-Gestalter Robert Kalina entworfenen Fantasie-Bauwerke gekiirt.

Seine Scheine sollen das offene, miteinander verbundene Staatenge- flecht symbolisieren. Die Vorderseiten der sieben unterschiedlich grofien Stiickelungen (5, 10, 20, 50, 100, 200 und 500 Euro) zeigen Fenster und Tore, die Riickseiten Briicken aus sieben Epochen der europaischen Kulturgeschichte. So mutet der graue 5-Euro-Schein go tisch an, die orangefarbene 50-Euro-Note gemahnt an die Renais-sance, den lilafarbenen 500-Euro-Wert ziert moderne Achitektur.

W&V 46/2001

Dorothee RothfuB

Karriere? Wenn es den anderen dabei gut geht...!"

Sie bremsen sich auf Ihrer Karriereleiter selbst aus. Aus lauter Angst, die Missgunst Ihrer Kolle- gen zu wecken, bemiihen Sie sich stets, deren Be- diirfnissen nachzukommen. Sie nehmen jeden Nachteil im lob in Kauf, um die Gefahr zu umge- hen, dass andere zu kurz kommen konnten. Im Grunde opfern Sie sich damit auf, denn Sie helfen anderen, beim Chef nicht in schlechtem Licht zu stehen. Lieber nehmen Sie Fehler auf Ihre Kappe, als Ihre Kollegen in Verlegenheit zu bringen.

Auch die Wiinsche Ihrer Familie und Freunde sind Ihnen immer wichtiger als Ihre beruflichen Chancen: Braucht Ihre Cousine einen Babysitter, frustrieren Sie lieber den Chef, als Ihrer Verwand- ten ein Date mit dem Lover zu vermasseln. Die Folgen sind klar: Sie vernachlassigen Ihre Chan-cen zu Gunsten anderer. Sie denken zu wenig an Ihre Ziele, sondern stellen das Wohlergehen an- i derer immer in den Vordergrund.

Dabei geraten Sie haufig auch in Konflikte, weil Sie nicht alle Wiinsche Ihres Umfeldes in Einklang bringen konnen. Dann geraten Sie in Entscheidungsschwierigkeiten, die Sie unsicher machen. Zwar schiefit Ihnen manchmal - nam- lich wenn Sie sich zerreifien - schon der Gedanke in den Kopf, wo Sie denn bei all dem bleiben. Aber Ihren moralischen Anspruch Den anderen soli es gut gehen konnen Sie nicht ablegen.

Dabei vernachlassigen Sie nicht nur sich selbst, sondern laufen auch Gefahr, irgendwann so ausgebrannt zu sein, dass Sie Ihrer Umgebung gar nichts mehr geben konnen. Sie sind genauso wichtig wie alle anderen, und Ihre Lebensaufgabe kann sicherlich nicht darin bestehen, andere zu schiitzen, sondern einen Weg zu gehen, der auch Ihren Zielen entspricht. Sie werden eher geachtet im Kollegenkreis, wenn Sie Grenzen aufzeigen, als stets die schiitzende Mutter zu spielen. Wenn Sie weiterhin ausschliefilich altruistisch sind, werden Sie beruflich nicht die Erfolge erzielen, die Ihnen eigentlich gebtihren.

Le travail en France, trente ans d'instabilité croissante

Selon une étude publiée par l'Insee, les emplois sont devenus plus précaires et plus instables, notamment pour les plus fragiles.

La France, pays figé? A lheure où le Medef surenchérit, jusquà la provoc, dans ses propositions de libéralisation du marché du travail, lInsee revient judicieusement, dans une étude publiée ce mercredi, sur la flexibilisation de lemploi dans lHexagone depuis trente ans.

Selon linstitut, la part des formes particulières demploi (FPE, qui incluent lintérim, les CDD, les contrats aidés et lapprentissage) est passée, dans le privé, de 5% en 1982, à 13% en 1998. Soit une multiplication par près de trois en 15 ans. Depuis, elle a stagné. Mais la fluidité du marché a pris dautres formes. En effet, parallèlement, le taux de rotation des salariés a explosé. Cet indicateur, qui mesure, sur un an, les entrées et les sorties dans les entreprises, est passé de 32% en 1982, à 125% en 1999, puis à 177% en 2011... Autrement dit, pour cette dernière année, explique linsee,pour 100 salariés présents à un moment donné, il y a eu en moyenne, sur un an, 177 entrées et sorties (y compris celles dun même salarié dans un même établissement).

Alors que depuis 1998, la part des FPE dans lemploi privé sest stabilisée, la poursuite de la hausse du taux de rotation est en réalité due à la réduction drastique des embauches en CDI et à la division par trois de la durée des FPE. En effet, alors quen 1982, 50% des embauches se faisaient en CDI, les contrats à durée indéterminée nen représentent plus, 30 ans plus tard, que 5%. A la place, les employeurs privilégient les contrats précaires, et notamment les contrats de moins de trois mois, qui constituent la très grande majorité des embauches aujourdhui.

Surreprésentés parmi les salariés qui occupent des types demploi à fort taux de rotation, selon linsee, les jeunes sont de plus en plus rejoints par les seniors. Ainsi, la part des plus de 55 ans en CDD est passée de 2% en entre 1990 et 1994, à 5% entre 2007 et 2011. Ce chiffre monte même à 8% pour les plus de 60 ans. Et parmi les seniors en CDD, 27% sont sous contrat de moins dun mois, contre 16% seulement pour les moins de 30 ans.

Concernant les métiers, ce sont les mêmes dix familles (manutentionnaire, professionnel des arts et spectacles, employé de lhôtellerie-restauration) qui sont en tête depuis 20 ans. Sauf quentre temps, leur taux de rotation a été multiplié par 5. Etparmi les sept familles professionnelles à plus fort taux de rotation, six concernent des ouvriers non qualifiés, précise lInsee. A noter, par ailleurs, que le plus fort taux de rotation sobserve chez les professionnels des arts et des spectacles, profession qui a peu recours à lintérim, mais où un tiers des postes sont occupés par des salariés sur des contrats de durée moyenne dà peine plus dune semaine.

Cette flexibilisation à la française depuis trente ans reste néanmoins réservée aux précaires, donnant naissance à un marché du travail de plus en plus dual. Le fonctionnement du marché du travail se rapproche dun modèle segmenté, où les emplois stables et les emplois instables forment deux mondes séparés, note lInsee. Un monde où les emplois instables y constituent une trappe pour ceux qui les occupent, la diminution continue sur 30 ans des transitions vers lemploi en CDI attestant de cette segmentation.

http://www.liberation.fr/economie/2014/09/17/le-travail-en-france-30-ans-d-instabilite-croissante_1101814

Palmarès 2014: les 150 entreprises les plus rentables de France

EXCLUSIF. Elles conjuguent croissance et rentabilité: voici les 150 plus belles PME et ETI françaises. Un classement exclusif réalisé par L'Express-L'Entreprise, EY et Ellisphere.

Yves Choueifaty, président de Tobam. L'entreprise qu'il dirige affiche plus de 30% de rentabilité en 2013... et 230% de croissance en cinq ans. Jerome CHATIN/EXPANSION-REA

Dégradation des taux de marge, réduction des investissements, manque de compétitivité sur les marchés mondiaux... A l'inverse de ce que l'on entend généralement à propos du made in France, notre classement montre que les PME et ETI françaises ne manquent ni de talent ni d'audace.

Une sélection rigoureuse de 152 lauréates

Performantes, réactives, innovantes, en croissance, créatrices de valeur ajoutée et d'emplois, ces pépites n'ont pas souvent les honneurs mais participent pourtant aux forces vives de notre économie. Pour se hisser à ce niveau d'excellence, elles ont acquis une expertise unique - tel CIS dans le catering international, l'éditeur de logiciels CAO Lectra, ou encore Sepro Robotique et ses robots pour presse à injection. D'autres ont réinventé leur activité, tel NextradioTV, créé par Alain Weill, le médiatique patron de BFM. Certaines ont joué la rupture technologique tel Esker, pionnier de la dématérialisation, ou surfé sur les trends comme Kusmi Tea et Lea Nature. D'autres, enfin, ont à leur tête des femmes qui se battent sans complexe, à l'instar d'Elizabeth Ducottet à la tête de Thuasne. Pour réaliser ce palmarès exclusif en partenariat avec Ellisphere (ex-Coface Services), nous avons sélectionné 8 000 entreprises. Points communs des 152 lauréates répondant aux critères de sélection : elles ont un chiffre d'affaires 2013 de plus de 10 millions d'euros, une croissance cumulée du chiffre d'affaires entre 2009 et 2013 supérieure à 20 % (15 % si l'entreprise réalise plus de 10 millions d'euros de chiffre d'affaires), une rentabilité (résultat courant avant impôt sur chiffre d'affaires) de 3 % au minimum et ne sont pas filiales d'un groupe, le dirigeant devant détenir au moins 10 % du capital. Toutes ces entreprises seront éligibles au titre del'entrepreneur de l'Année, prix organisé par L'Express-L'Expansionet EY.

"Je n'ai pas de boule de cristal ! La seule manière de travailler sur un marché efficient - c'est-à-dire non prévisible - c'est la diversification." Yves Choueifaty, président de Tobam. Plus de 30% de rentabilité en 2013... et 230% de croissance en cinq ans.

Jerome CHATIN/EXPANSION-REA

Tobam, au top de la rentabilité

Il n'y a décidément pas de secteur " interdit " pour réussir. Créée en 2005 par Yves Choueifaty, Tobam est une société de gestion qui gère les actifs pour institutionnels et fonds de pension. En ces temps où la finance a une odeur de soufre, ce mathématicien de formation, qui a commencé sa carrière dans l'asset management - il a fini directeur général du Crédit lyonnais Asset Management - puis a créé sa propre société en incubation chez Lehman Brothers, revendique une démarche originale et garantit la transparence dans sa gestion de portefeuille. " Nous sommes un média entre l'épargne et le travail. Nous ne faisons pas de produits dérivés, seulement une gestion classique d'actions avec une perspective de long terme : pas question pour nous de pratiquer une politique de terre brûlée avec une rentabilité à court terme ni de spéculer. " Les règles sont claires. Et Tobam, qui évite les valeurs blacklistées, a lancé un fonds émergent qui alloue 7,5 % du revenu d'affaires généré à Amnesty International " pour compenser ".

Qu'est-ce que cette société a de commun avec les autres PME de notre palmarès dont les activités sont plus classiquement industrielles (plus de la moitié des candidats), de services ou encore commerciales ? Au final, les mêmes qualités que les autres entrepreneurs. Il s'agit avant tout d'avoir une stratégie à long terme et de faire preuve également de réactivité.

Quarté gagnant : agilité, créativité, vision, export

Ainsi, Tobam, qui avait conclu un contrat d'incubation de trois ans avec Lehman Brothers, a réussi à échapper à l'implosion de cette banque en 2008 en diligentant sur le champ une inspection de l'AMF pour confirmer au plus vite son agrément. " Comme disait Marcel Dassault, un bel avion doit être bon. C'est pareil pour Tobam : une belle société de gestion volera plus haut, plus vite et résistera à tous les temps. "

Pour afficher une telle hausse de ses investissements (Tobam a doublé ses encours en un an à 4,09 milliards d'euros à la fin de 2013) avec une augmentation de 5 % de sa performance chaque année et la réduction de risque du portefeuille de 20 à 30 %, Yves Choueifaty a développé et breveté un concept original et unique. Un modèle qu'il définit comme " l'anti-benchmark " pratiqué par les sociétés de gestion classiques. Plutôt que de se référer aux indices de marché comme le CAC 40, Tobam construit ses portefeuilles à partir de modèles mathématiques combinant risque et diversification. "Nous sommes la seule société de gestion à ne pas faire de prévisions. "

Le concept peut dérouter, mais est efficace : après Lehman Brothers, Tobam convainc le fonds de pension américain Calpers de prendre 12 % de son capital, et, en mai 2012, Amundi (filiale de gestion de la Société générale et du Crédit agricole), devenu actionnaire à hauteur de 17 %, lui ouvre ainsi les portes de l'Asie et du Moyen-Orient.

Un décollage pour Yves Choueifaty qui a créé un premier bureau aux Etats-Unis (22 % de son activité), 92 % du chiffre d'affaires de Tobam étant réalisés hors de France. " Nous n'aurions pas eu une telle croissance si nous n'avions démarché que des clients français ", explique-t-il.

Enfin, autre atout de cette petite et prometteuse entreprise : une équipe soudée, réactive et associée, participant au capital depuis l'origine (71 % dont 51 % détenus directement par Yves Choueifaty). " Nous n'avons pas des équipes mais une one team opérationnelle. Nous sous-traitons aux meilleurs spécialistes ce que nous ne vendons pas. Et nous nous concentrons sur notre business ", souligne-t-il.

En savoir plus sur http://lentreprise.lexpress.fr/outils-classements/classements/classement-les-150-entreprises-les-plus-rentables-de-france_1570573.html#0Z2VbQdP43aY1kti.99

| | - , |